Le guide de votre bien-être à domicile

Prématurité

Actualités

Fécondation in vitro : de meilleurs résultats

Une récente étude britannique a permis de confirmer que l’utilisation d’un embryon congelé optimise les chances de réussite de la fécondation in vitro ou FIV.

Parue sur le site de la revue Fertility and Sterility, la recherche a réussi à englober les résultats de quelques onze études portées sur les conditions de procréation et les résultats périnataux. En se basant sur ces données, Abha Maheshwari et son équipe de l’université d’Aberdeen en Ecosse ont prouvé une fois de plus que l’implantation d’un embryon congelé dans l’utérus des femmes augmente les chances de réussite des la fécondation in vitro.

Même si les spécialistes n’ont pas précisé le mode de congélation de l’embryon (congélation lente ou par vitrification), les résultats de l’étude demeurent très positifs. Ainsi, le risque d’hémorragies après l’accouchement est diminué de 33% avec l’implantation d’embryon congelé. Cette méthode permet également de réduire à 16% les risques de prématurité et à 32% la mortalité périnatale. Pour ce qui est du poids de naissance du bébé, la Fécondation in vitro d’embryon congelé diminue à 31 % le risque d’insuffisance de poids.
La réussite de la technique se base également sur la meilleure synchronisation de l’uterus de la future mère car l’embryon congelé a été conçu pour être utilisé au meilleur moment tandis que l’embryon frais est implanté suivant le cycle menstruel de la femme et ne nécessite aucune stimulation artificielle. Selon toujours les chercheurs, cette congélation fait également office de critère de sélection des meilleurs embryons. Le seul problème engendré par l’utilisation d’embryons congelé est le risque élevé d’accouchement par césarienne.